Erwin J. Bowien (1899 - 1972)
Das schöne Spiel zwischen Geist und Welt
St. Benedikt
    Home    |    Aktuelles    |    Mitteilungen     |    Kontakt     |    Impressum  
Vita Erwin Bowien
1899 - 1932
1932 - 1945
1945 - 1972

Bildergalerie
Niederlande
Puppengalerie
Rhein
Schweiz
Selbstportrait
Skandinavien
Solingen

Publikationen
Kataloge u. Monographien
Periodika
Filme
Zeitungsartikel

Der Künstler
Einführung in die Kunst
Ausstellungen zu Lebzeiten
Aktivitäten nach dem Tode
Manuskripte
Texte über Erwin Bowien
Fotogalerie


Texte über Erwin Bowien

C'est à la demande de Bettina Heinen-Ayech que j'ai rédigé le court article suivant sur la façon dont j'ai réagi au texte de Bowien (Heures perdues du Matin, Journal d'un artiste peintre) en travaillant à son édition.

Lorsque j'ai entrepris de travailler pour l'édition du Journal d'Erwin Bowien, ma première motivation tenait à l'intérêt historique du texte ; je mesurais ma chance d'avoir entre les mains un témoignage direct, écrit en français, sur le vécu de la population allemande dans la dernière année de la guerre mondiale. En France, et sauf chez les spécialistes, nous n'avons encore qu'une idée très pauvre de cette histoire ; par exemple, les manuels d'histoire des lycéens n'en parlent jamais. Ainsi, que l'autre -ici, c'est " l'Allemand "- soit un être moral, conscient et agissant en tant que tel, un être souffrant aussi de la guerre, un humain en un mot, est un fait qui échappe à la représentation qu'on rencontre couramment ; on s'accommode fort bien de la déshumanisation de cet autre. En travaillant au texte de Bowien, je suis entré dans un processus de renversement de ce genre de représentation ; j'ai toujours eu présent à l'esprit que j'y contribuais par mon effort, si modeste fût-il.

Pour être juste, il me faut reconnaître que j'ai considérablement enrichi ma connaissance de cette histoire des Allemands au contact du Journal. Par rapport à ce que j'en savais, il y a la même différence qu'entre ce que nous connaissons d'une ville en regardant une photographie et ce que nous découvrons d'elle en nous promenant dans ses rues, ses places, ses cafés, ses lieux de culture…

J'ai profondément pris plaisir à goûter à la saveur du Journal, à la vie qui l'habite. Pour aussi élevée que soit la pensée de Bowien, elle n'est jamais abstraite et jamais gratuitement théorique. Un constat de situation, la description d'un comportement, le compte-rendu d'un échange entre des personnes, sont toujours au point de départ d'une réflexion ou d'une question posée.

En travaillant au Journal, mon intérêt s'est enrichi d'un autre côté : au fur et à mesure de ma découverte de la société de Kreusthal-Eisenbach, en 1944-1945, dans le tableau animé brossé par Bowien, c'est lui que je rencontrais : un homme qui me ressemblait, me parlait en confidence, comme un ami ; il m'entretenait de sujets qui l'occupaient et le préoccupaient comme ils le font pour moi-même : la communication avec les autres, la relation amicale, amoureuse, le mensonge, l'hypocrisie, le courage, la nécessité de la prudence, la relation entre l'éthique, le religieux, le politique, et bien d'autres choses encore. Plus d'une fois, Bowien, dans son exil intérieur, m'a fait penser à Montaigne dans sa tour. A ce titre, ce que je prenais au départ comme un simple témoignage m'est vite apparu comme une méditation à partir du spectacle du monde.

On n'entre pas par un tel travail dans l'intimité d'un écrivain sans vouloir en savoir plus sur lui. Je me suis mis à rassembler des documents et des informations en questionnant Bettina et Haroun sur la vie de Bowien. J'ai aussi cherché cartes et livres me permettant de me faire une idée plus concrète de l'environnement géographique et humain de l'Allgäu, son refuge bavarois. C'est ainsi que j'ai trouvé quelques pages du Voyage en Italie de Montaigne se rapportant au séjour qu'il fit à Kempten ; on voit dans ce livre comment Montaigne intègre la diversité de l'humanité dans la conception qu'il se fait de celle-ci. Je me suis dit qu'il n'aurait pas déplu à notre ami de se trouver ainsi rapproché d'un esprit à la sensibilité si comparable à la sienne.
Bernard Zimmermann, 30 octobre 2006



Informationen
Bettina Heinen-Ayech
ist die wichtigste Schülerin von Erwin Bowien. Mit diesem Link gelangen Sie zu ihrer Homepage
. ...weiter zur Webseite

Amud Uwe Millies
ist ein weiterer Schüler von Erwin Bowien. Mit diesem Link gelangen Sie zu seiner Homepage.
...weiter zur Webseite

Der Freundeskreis
pflegt den künstlerischen Nachlass des Malers.
weiter...

Gästebuch
Über einen Eintrag in unserem
Gästebuch freuen wir uns.
...zum Gästebuch
Mailadressen
 Design: Barbara Rahlf